Cinq notions essentielles en contexte numérique que tout avocat en divertissement doit connaître

30 mars 2017
08:30H
Lion D'Or - Restaurant le petit Extra - Salon Privé Le Lionceau 1676, rue Ontario est, Montréal
Formation d'un dispensateur reconnu aux fins de la formation continu obligatoire pour une durée de 5,5 heures
5,5 heures de formation à prix modique en cette fin de période de formation obligatoire des marques de commerces sur internet à la reproduction dans un monde numérique en passant par la déréglementation du CRTC et les impacts juridiques récents sur la productions audiovisuelles et des applications pour téléphones mobiles.

zone
éditoriale

Un MOT DU PRÉSIDENT !

Cher membres et visiteurs!

Après 5 ans, je tire ma révérence à titre de président lors du colloque AJAVA le 30 mars prochain et passerai le flambeau lors de notre prochaine assemblée générale des membres. Durant ces années, l'AJAVA a sans cesse cherché à se dépasser en terme de sujet offerts et de conférenciers invités, visant une meilleure connaissance du droit du divertissement et une pleine satisfaction de ses membres et participants. Je tiens à féliciter les membres du conseil, passés et présents, pour leur dévouement et leur contribution respective à ce but. En effet, de 2012 à 2016, l'AJAVA a augmenté son offre de formation, a invité des conférenciers de renom maîtrisant leurs sujets, a graduellement augmenté son nombre de membres et participants et, à travers tout cela, notre association a su maintenir ses coûts d'opération. Mais plus important encore, c'est l'intelligence et l'assiduité de nos membres qui m'a le plus ébloui.  Ce fut un honneur et un réel plaisir de vous servir et j'espère que nous nous reverrons régulièrement aux futurs rendez-vous de l'AJAVA!

zone
à propos

L'AJAVA a comme vision fondamentale de regrouper les spécialistes du droit du divertissement au Québec et contribuer activement à leur développement. Depuis plus de 15 ans, notre association, offre donc annuellement un minimum de 15 heures d'activités de réseautage et de formation aux avocats québécois qui pratiquent en droit du divertissement, que ce soit en cabinet privé, au sein d'entreprises ou d’associations professionnelles, mais également aux artisans et professionnels des différentes industries culturelles.

En savoir plus